Havitat Le 1er site de bailleurs sociaux aquitains dédié à la vente
<   Retour
Financement

Quelles solutions pour garantir votre prêt immobilier ?

Vous empruntez pour devenir propriétaire ? Votre banque va certainement vous demander de prendre une garantie financière de prêt immobilier ? Ceci pour s’assurer que le prêt qu’elle vous accorde lui sera bien remboursé, dans son intégralité. Havitat vous présente ici quelles sont les différentes solutions à votre disposition pour garantir votre prêt immobilier.

L'HYPOTHEQUE

Elle consiste à « donner » votre bien immobilier en garantie à votre établissement bancaire. Celui-ci pourra alors saisir le bien et le vendre en cas de défaillance de paiement. Cette solution est généralement utilisée pour financer la construction d’un achat sur plan ou d’une maison individuelle. L’hypothèque doit faire l’objet d’un acte notarié, ce qui occasionne des frais supplémentaires. Elle est également soumise à une taxe de publicité foncière... Toutefois, certains prêts réglementés (PTZ, PAS...) sont exonérés de cette taxe. Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur ces prêts règlementés, nous vous invitons à consulter notre article du 13 mai 2017, dédié aux différentes aides financières.

Attention : si vous revendez le bien avant d’avoir remboursé l’intégralité de votre prêt, vous devrez, en amont, demander au prêteur de faire une mainlevée de sa garantie auprès du notaire chargé de la vente. En vous acquittant, là encore, de frais appelés « frais de mainlevée ».

 

L'INSCRIPTION DE PRIVILEGE DE PRETEUR DE DENIERS (IPPD)

Elle fonctionne sur le même principe que l'hypothèque. À une « différence » près : l'IPPD ne peut porter que sur le bien financé. Autrement dit, un prêt destiné à financer des travaux ou des frais de notaire ne peut donner lieu à cette garantie. Donc si un prêt finance à 70% un bien immobilier et à 30% des travaux, l'IPPD ne garantira que 70 % du prêt. Les 30 % restants devront être garantis d’une autre manière.

Toutefois, avec Havitat vous êtes tranquille puisque tous les travaux lourds de réfection et de révision nécessaires sur les résidences proposées sont réalisés avant leur mise en vente. C’est donc, pour vous, l’assurance de ne pas avoir à financer ce genre de travaux coûteux dans les 5 ans qui suivent la création de la copropriété.

 

LE CAUTIONNEMENT

La banque peut également demander le cautionnement d’un proche pour garantir un prêt. Ce proche s'engage, alors, à payer la dette du débiteur en cas de défaillance de paiement de l'emprunteur. La banque se retournera donc vers la caution si l'emprunteur ne paie pas.

À noter qu’il existe également des organismes de cautionnement qui, en cas d’impayés, se substitueront à l’emprunteur pour indemniser la banque, puis se retourneront vers lui pour récupérer leurs fonds. Bien entendu, les sociétés de cautionnement ont le droit de refuser de se porter garantes si elles jugent que le dossier ne soit pas assez « solide ».

 

LE NANTISSEMENT

Cette solution consiste à établir un contrat entre vous et la banque qui indiquera qu’une somme d'argent (sous forme d’actions, d’assurance vie, de titres...) sera bloquée pendant la durée du prêt. Le montant de cette « garantie » est en règle générale au moins équivalente au montant de l’emprunt.

 

BON À SAVOIR

L'inscription de privilège de prêteur de deniers (IPPD) est également exonérée de taxe de publicité foncière.
30 juin 2017